Daniel Perret élu Bressan de l’année

L’Académie de la Bresse a organisé, hier soir, au théâtre de Bourg-en-Bresse la sixième édition des Bressans de l’année. Cette cérémonie récompense, tous les ans depuis 2005, des personnalités originaires de la Bresse qui se sont illustrées au cours de l’année. Quatre lauréats ont été mis à l’honneur dans différentes catégories.

Le titre très convoité du Bressan de l’année a été décerné à Daniel Perret. Éleveur laitier à Servas, cet homme de 55 ans est également un sportif émérite puisqu’il détient, à ce jour, le titre de champion de France master de course de cote cycliste et de vice-champion du monde master de cyclo-cross. « C’est un agriculteur à l’ancienne, un représentant emblématique d’une Bresse éternelle », souligne François Belay, président de l’Académie de Bresse. Et néanmoins, un citoyen lambda, quasi inconnu dans le Landerneau.

Le prix du Bressan d’honneur a été remis à Fabien Landre de Bâgé-la-Ville, champion du monde de labour, cette année, en Nouvelle-Zélande. Mais aussi à Paule et Philippe Zagonel, propriétaires du restaurant Le Saint-Florent, ambassade de la Bresse à Lyon. Quant au prix spécial du jury, qui est réservé aux membres de l’Académie, il a été attribué à Jean-François Perche, nouveau P-dg de la maison Moissonnier, qui crée des meubles traditionnels bressans depuis 140 ans. Cet ancien rugbyman a joué au poste de talonneur à l’USB et en équipe de France. La soirée a été ponctuée par une démonstration de breakdance du Lyonnais Haspop et par le show d’Erick Bamy, doublure de Johnny Hallyday, mais qui est surtout l’une des plus belles voix du blues français. L’Académie a profité de ce rendez-vous pour fêter ses 10 ans d’existence autour d’un cocktail dînatoire qui a clôturé les festivités.

Lescheroux, première organisation pour le club

C’était le jour des premières hier à Lescheroux où le tout nouveau Saint-Denis Cyclisme organisait sa première épreuve sur route, couronnée par la première victoire de Nicolas Buellet (VC Ambérieu). Le sociétaire du VC Ambérieu était tout ému sur la ligne d’arrivée, au terme d’un sprint maîtrisé comme un vieux briscard, à la barbe de ses neuf compagnons d’échappée du jour.

Le vainqueur ne faisait pourtant pas partie des principaux favoris de cette course de troisième catégorie. S’il en était un cité tout au long du parcours, c’était bien Bertrand Sainz (Lyon Sprint Evolution), le cyclo-crossman sacré la semaine dernière à Vougy champion Rhône-Alpes de la catégorie. Mais avec une pancarte dans le dos à la dimension de son immense talent, le Lyonnais a dû se résoudre à disputer le classement par points, les primes offertes sur la ligne, et occasionnellement à boucher quelques trous. Comme quand il partit avec scotchés sur son porte-bagages Jacquet et André (Saint-Denis Cyclisme) qui à ce moment-là, croyaient en leurs équipiers à l’avant.

Il est vrai que si les coureurs du club organisateur (Buy, Pauget ou Vaupré) se distinguèrent dès le baisser de drapeau par quelques banderilles, on assista surtout à une véritable course de 3, où tout le monde va chercher tout le monde. A ce petit jeu, les écarts ne montèrent jamais au-delà de la dizaine de secondes, à la faveur des attaques de Magentie (VC Caladois), Boucaud (Cours la Ville), ou encore Donnat-Magnin (VC Cluses-Scionzier). Cela eut tout de même le mérite de procéder à un sérieux écrémage par l’arrière à partir de la mi-course, au grand dam de la seule féminine au départ, Emmanuelle Brossard (CC Chatillon), qui avait parfaitement soutenu la comparaison avec ses homologues masculins jusqu’alors.

Il fallut donc attendre le 80e kilomètre pour voir l’échappée décisive prendre forme. On retrouvait donc Pauget et Cantrel (Saint-Denis Cyclisme), Brossard et Sallet (CC Chatillon), Buellet (Ambérieu), Prudentino (Gex), soit six départementaux flanqués de Devie (La Clayette), Rollet (Chalon), Lecorché (Cluses) et Douvre (Mâcon). Derrière bien sûr, on laissait faire le boulot à Sainz et de quelques secondes, l’écart dépassa vite la minute. Restait aux nombreux spectateurs à deviner le vainqueur, entre une oreille collée à la radio pour écouter la prestation de l’USBPA et l’œil rivé sur le circuit pour découvrir le jeune vainqueur. Au terme d’un superbe sprint, la photo ne fut nécessaire que pour départager ses adversaires. A voir son visage radieux (quoiqu’embué) au micro du speaker, nul doute que cette première en appellera d’autres très prochainement.

Le Progrès

Jordan André : secrétaire et coureur

Le nouveau champion de l’Ain des pass cyclisme, cette catégorie dite « loisir », est un peu le symbole de Saint Denis cyclisme. A 24 ans, Jordan André a accepté de prendre la responsabilité de secrétaire du club. Un jeune qui s’investit en tant que dirigeant : le fait est suffisamment rare pour qu’il mérite d’être mentionné. A Saint Denis, tout le monde participe. C’est cela aussi qui donne ce côté convivial que chacun apprécie.

Jordan André a fait beaucoup de sport dans sa prime jeunesse, avant de céder à l’appel des copains à l’adolescence. Il est revenu au vélo il y a trois ans. « Un jour en roulant, j’ai croisé un jour la route de Freddy Vaupré. C’est lui qui m’a convaincu de prendre une licence à l’ACBB. En 2009, j’ai signé à Oyonnax avant de venir à Saint Denis cette année ». Sa première victoire à Culoz, acquise avec la manière à l’issue d’un sprint à trois, lui a ouvert l’appétit. « Quand on a gagné une fois, ça donne envie de recommencer ! ». Il  se surprend aujourd’hui à afficher quelques ambitions. Celle par exemple de grimper dans la hiérarchie : 3ème, voire 2ème catégorie. Son travail de forestier lui laisse peu de temps pour s’entraîner, mais la dureté du métier tient lieu de préparation physique. « Le problème parfois, c’est la récupération », concède-t-il.

http://jfpresse01.sportblog.fr

Convivialité d’abord

Les membres de Saint Denis cyclisme sont des enfants du divorce. Ils se sont réunis pour fonder une seconde famille. Pas étonnant dans ces conditions que les liens qui les lient soient très forts.

« Nous n’étions pas vraiment les bienvenus, rappelle le président Roger Grimoud. Les portes ne s’ouvraient pas. Il a fallu qu’on fasse la preuve de notre bonne volonté et que chacun se rende compte de nos intentions ».  Six mois après un accouchement dans la douleur, les relations se sont normalisées entre les différents acteurs du cyclisme bressan. Le BAC 01 mène sa barque avec ses arguments ; Saint Denis n’a d’autre ambition que se faire une petite place au soleil, sans faire de l’ombre à son voisin. Les deux clubs voisins ne jouent pas dans la même cour. D’un côté une équipe structurée en DN 2 ; de l’autre un effectif composé de coureurs pass cyclisme et 3ème catégorie.

Cela n’empêche pas les « blancs » de montrer le maillot. Le bilan à mi-parcours de la saison est déjà largement positif. Dès cet hiver en cyclo-cross, Saint Denis a ramené une victoire : celle de Julien Pauget à Romanèche, et un titre de champion de l’Ain : Daniel Perret en masters. Sur route, c’est Cédric Page qui a ouvert le palmarès à saint Bonnet de Mure, imité par Maxime Olivero à Port, puis par Jordan André à Culoz dimanche dernier, succès qui lui a valu de recevoir le maillot de champion de l’Ain pass cyclisme. La série est en cours. « Ce qui est sympa, comment Roger Grimoud, c’est que c’est chaque fois un coureur différent qui s’impose. On en a encore d’autres qui peuvent gagner comme Sylvain Jacquet ou Julien Pauget ».

Dimanche prochain à Lescheroux, où Saint Denis cyclisme testera ses capacités d’organisateur, les protégés de Cédric Knepper seront motivés. Le Directeur sportif s’investit beaucoup dans la vie du club : « La préparation hivernale a été sérieuse. Maintenant, chacun a son programme d’entraînement. J’assure l’encadrement sur les courses chaque dimanche. On essaye de courir en équipe ».

http://jfpresse01.sportblog.fr

Nocturne de Péronnas

Voir les deux Julien, Maître et Pauget, se bagarrer pour la victoire, ce n’est pas une nouveauté. Déjà l’hiver passé en cyclo-cross, le sociétaire du BAC 01 et celui de Saint Denis cyclisme s’étaient frottés notamment à Romanèche Hautecourt. Julien Maître avait course gagnée quand victime d’une crevaison, il avait vu Julien Pauget le doubler et aller chercher la victoire. C’est le genre de mésaventure qu’on oublie pas, et quand à deux tours de l’arrivée de la nocturne de Péronnas vendredi soir, les deux « Juju » se sont retrouvés en position de l’emporter, chacun avait cet épisode en mémoire.

Le classement : 1. Julien Maître (Bourg Ain cyclisme) les 72 km en 1h 39’36’’ ; 2. Julien Pauget (Saint Denis cyclisme) ; 3. Yann Richard (Lyon SE) ; 4. Jérémy Gouillon (Lyon SE) à 25’’ ; 5. Gérald Debot (VC Dolois) à 30’’ ; 6. Benjamin Cabaud (VC Dolois) à 1’10’’ ; 7. Clément Venturini (TV Vaulx-en-Velin) ; 8. Julien Adamiak (VG Meyzieu) ; 9. Maxime Cherpin (Lyon SE) ; 10. Thibault Maupin (RO Annecy) ; etc.

http://jfpresse01.sportblog.fr/

Daniel Perret en Argent

Daniel Perret, comment s’est déroulé ce championnat du monde ?

« J’espérais le podium, mais finir deuxième me laisse un petit sentiment de déception. Je n’ai pas voulu me mettre dans le rouge dès le départ. J’ai préféré laisser filer les quatre premiers.

C’était peut-être une erreur. Après je suis revenu, et j’ai fait toute la fin de course avec Jean-Claude Grange.

Dans le dernier tour, il m’a pris vingt mètres dans une portion sableuse qu’il passait mieux que moi. Je n’ai jamais pu revenir.»

Etiez-vous bien préparé ?

« Oui, cette année, j’étais confiant. En 2009, je m’étais présenté sans beaucoup de compétition. Je reprenais seulement le vélo. J’avais terminé 22e. Cette fois-ci, je m’étais bien entraîné et j’avais une douzaine de cyclo-cross dans les jambes.

La seule chose qui m’a manqué, c’est de courir le dimanche précédent, puisque la course de Charvieu a été annulée à cause de la neige. C’est peut-être ce qui a fait la différence. »

Et maintenant ?

 » Je reviendrai l’an prochain, mais je vais aussi préparer les mondiaux masters sur route qui ont lieu en Autriche fin août. Mais là, c’est beaucoup plus aléatoire. Je vais disputer un dernier cyclo-cross en février à Saint Béron « .

Recueillis par J.-F.S.